32 – Assurer la survie de l’humanité

32 – Assurer la survie de l’humanité

Jour quatre et dernier, Castle est content après avoir retrouver son monde à travers sa correction de travaux. Il fait ses valises dans la bonne humeur. Il cause boulot avec Burris en se rendant déjeuner. Ce n’est pas un deux de pique. Il est moins bon à l’écrit mais en débat, tant qu’il reste l’esprit ouvert il excelle, sauf qu’il se ferme parfois comme une moule quand l’incertitude, la tension devient trop forte. Il a fait un effort sérieux pour comprendre le point de vue de Frazier malgré l’écart d’intérêt et de connaissance mais quand la pression est devenue trop forte et que l’hypothèse du facisme lui est venue, il a rejeté tout doute et cimenté cette hypothèse.

Au déjeuner, Castle est aimable avec Mary et Steve même s’il les trouvent fous de rester à Walden Two. Il ne manifeste pas de joie en constatant que Barbara a été plus forte que Frazier concernant l’avenir de Rogers. Au Bureau de l’emploi on ne leur trouve pas de travail assez court pour ce qu’il doivent, on acquitte sans plus, leur journée est libre.

En sortant sur la pelouse, les visiteurs voient venir Frazier. Burris ne veut pas le voir, il est toujours indécis, mais impossible d’éviter. Celui-ci l’invite à partager son heure de labeur physique de la journée. Comment refuser. La tâche consiste à mettre de l’ordre dans un atelier, un travail qu’il a priorisé comme préférence. La bonne humeur de Frasier le rassure et il initie la conversation en lui disant qu’il l’envie pour le magnifique travail qu’il a réalisé en Walden Two, l’expérience ambitieuse qu’il a accompli, qu’il est un génie. Frazier proteste énergiquement. Quand Burris revient à Walden Two plutôt que sa personne, il avoue que c’est un accomplissement, plus grand que la fission de l’atome.

Frazier s’accorde la qualité d’avoir été obstiné dans la vie. Après avoir compris que la seule technique de contrôle qui marche est l’oubli de soi, les choses se sont mises à aller mieux pour lui. Il proteste énergiquement quand Burris dit qu’il a été un pionnier et qu’il a accompli le gros du travail. Une découverte règle un petit problème mais en soulève de plus difficiles. Walden Two et son expansion ne le préoccupe plus, son intérêt porte maintenant sur la potentialité de l’homme, sur la série de mouvement qui sauvera l’humanité. Il faut se mettre au travail si l’on veut survivre, faire du sur place signifie périr. La puissance technique dépasse de beaucoup l’avancement de la sagesse à s’en servir. L’humanité doit s’élever au niveau de sa puissance militaire et les points faibles sont les sciences de la culture et du comportement. Où est la sagesse dans l’éducation actuelle et dans la culture américaine ?

Pour développer cette science, il faut un laboratoire et Frazier croit que Walden Two est ce laboratoire. C’est ce qui l’intéresse au fond. Rendre les hommes heureux et les rendre productifs dans l’assurance que ce bonheur se poursuivra, pour rendre possible une authentique science du comportement. Il ne faut pas moins que ça comme laboratoire pour procéder à la fabrication de personnalités à partir de spécifications pour en arriver à une société sans échec, sans ennui, sans duplication d’efforts, à des enfants dont les talents naturels ou enseignés auront été cultivés dans des conditions optimales. Avec ces enfants, il sera possible de faire de meilleurs artisans, de meilleurs artistes, de meilleurs béhavioristes, naturellement, naturellement !

La capacité de travailler en groupe est un autre sujet sur lequel l’humanité sait très peu. Il y a des questions qui ne se résolvent pas par une seule personne. La science, la création littéraire, l’art, la musique en collectif existent déjà dans un contexte commercial mais comment mieux les produits créés seraient-ils s’ils étaient développés dans des conditions plus libres. Walden Two est en mesure de concevoir et de bâtir un superorganisme composé d’équipes d’artistes et de scientistes capables de produire aussi efficacement et en douceur que des équipes de football. La puissance d’une société est actuellement de l’ordre d’une fraction de un pourcent. Il y a du travail à faire.

Publicités

Poster un commentaire ↓

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :